News

FNS Environ 3'200 projets encouragés en 2016

En 2016, le Fonds national suisse (FNS) a encouragé environ 3'200 projets de recherche avec un montant total de 937 millions de francs. Une part de 200 millions de francs a servi à soutenir de jeunes chercheurs d’excellence en Suisse. Au total, le FNS a encouragé 14'000 chercheuses et chercheurs actifs dans des universités, des hautes écoles spécialisées et des hautes écoles pédagogiques, ainsi que dans le Domaine des EPF. Plus de 2'000 coopérations internationales sont prévues.

Loi sur le génie génétique La CSEC-E soutient les disséminations expérimentales

La Commission de la science, de l’éducation et de la culture du Conseil des Etats (CSEC-E) a examiné la dernière divergence concernant la modification de la loi sur le génie génétique. Par 6 voix contre 4, elle propose à son conseil de lever l’interdiction de procéder, dans le domaine de la recherche, à des disséminations expérimentales avec des organismes génétiquement modifiés (OGM) qui contiennent des gènes résistants aux antibiotiques. Le Conseil national, lui, souhaite maintenir l’interdiction en vigueur. Le Conseil des Etats se prononcera sur la question en juin, pendant la session d’été.

SATW Willy R. Gehrer élu président

Lors de leur assemblée, les membres de l’Académie suisse des sciences techniques (SATW) ont élu Willy R. Gehrer comme nouveau président. Il succède dès le 9 mai 2017 à Ulrich W. Suter, qui a présidé l’académie pendant six ans. Willy R. Gehrer a été CEO pour les domaines Energy et Transportation Systems de Siemens Suisse. Il a en outre présidé Electrosuisse entre 2009 et 2013.

Point de vue

La jeunesse mérite mieux que le transitoire

Mathias Reynard
Conseiller national, membre du Team politique FUTURE

Avec le message sur Erasmus+, nous définirons cette année les tenants de la mobilité des jeunes pour les trois ans à venir. Après le gel des négociations sur l’association au programme européen en 2014, la Suisse a établi une solution transitoire. Cette solution a des faiblesses: les hautes écoles suisses négocient chaque contrat individuellement – plus de 400 pour l’Université de Zurich, la mobilité des étudiants est mieux soutenue que celle des apprentis et la Suisse est largement exclue des projets de coopération. Elle n’est donc pas la panacée pour la jeunesse, qui doit être encouragée à se tourner vers la mobilité.

Les voyages sont formateurs, car ils nous poussent à «frotter et limer notre cervelle contre celle d’autrui». Cette pensée de l’érudit français Montaigne est toujours d’actualité. En plus des capacités linguistiques, les séjours Erasmus développent la tolérance, la curiosité et la confiance en soi des jeunes, ainsi que leur capacité à prendre des décisions et à résoudre des problèmes. Ce sont de vrais atouts pour le monde du travail.

Voilà trois ans que les étudiants, les apprentis, les enseignants et les organisations de jeunesse et de sport sont dans l’incertitude du transitoire. Maintenant que la Suisse a réintégré Horizon 2020, il est grand temps d’assurer aussi la pleine participation de la Suisse à Erasmus+.