News

Université de Saint-Gall Bernhard Ehrenzeller va devenir recteur

Bernhard Ehrenzeller sera le prochain recteur de l’Université de Saint-Gall (HSG). Le gouvernement du canton de Saint-Gall a confirmé son élection par le Sénat et le Conseil de l’université. Bernhard Ehrenzeller est professeur ordinaire de droit public à la HSG. Il succédera au recteur actuellement en fonction, Thomas Bieger, le 1er février 2020.

Programmes d’innovation internationaux Innosuisse désormais en charge

Depuis janvier 2019, l’Agence suisse pour l’encouragement de l’innovation Innosuisse est chargée des programmes de partenariat avec l’UE axés sur l’innovation (Eurostars-2, AAL, ECSEL) et de l’initiative de recherche et développement axée sur le marché EUREKA. Les réseaux européens ERA-Net ont également été placés sous la responsabilité d’Innosuisse. Ces fonctions étaient préalablement assumées par le Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation. Les conditions d’encouragement restent inchangées.

Conseil des EPF Fritz Schiesser quitte la présidence

Fritz Schiesser quittera la présidence du Conseil des EPF à la fin avril 2019. L’avocat et notaire, titulaire d’un doctorat en droit et ancien conseiller aux Etats du canton de Glaris préside le Conseil des EPF depuis 2008. La succession est régie par une procédure standardisée qui aboutira sur une nomination par le Conseil fédéral.

Point de vue

Economiser aujourd'hui, payer cher demain?

Fabio Abate
conseiller aux Etats, membre du Team politique FUTURE

Qu'est-ce que des Etats comme les Etats-Unis, la Chine et Singapour ont en commun avec nos voisins, l'Allemagne et la France? Leurs investissements dans la formation, la recherche et l'innovation (FRI) augmentent nettement année après année. Tous ces pays ont reconnu que le progrès technologique ne peut être stoppé. Seuls ceux qui investissent aujourd'hui de manière régulière dans leurs institutions de formation et leurs centres de recherche pourront encore régater demain à la tête de la compétition mondiale.

Lors des délibérations sur le budget 2019, nous pourrons aussi décider de la somme que nous investirons l'année prochaine pour développer la place scientifique suisse. A cette fin, le Parlement a défini il y a deux ans un cadre financier prenant en compte les grands défis actuels de notre pays: évolution démographique, manque de main d'œuvre qualifiée, transformation numérique, progrès de la médecine, ressources énergétiques ou encore cyber-sécurité, pour ne mentionner que quelques exemples. 
 
S'appuyant sur ce cadre, la Commission des finances du Conseil des Etats propose maintenant des corrections de budget ciblées, qui tiennent compte du renchérissement effectif et qui permettent d’éviter au Domaine FRI suisse la stagnation et le décrochage dans la course scientifique. Car les petits montants que nous économisons aujourd'hui, nous pourrions peut-être les payer cher demain.