News

Shanghai Ranking 2022 Quatre universités suisses dans le top 100

Neuf hautes écoles suisses sont classées dans le Shanghai Ranking 2022. L’ETHZ occupe la 20e place. Parmi les 100 meilleures, figurent les universités de Zürich (59), Genève (62), et Bâle (83). Cette dernière est la seule institution suisse qui a gagné des places par rapport à l’année précédente. L’EPFL ainsi que les universités de Berne et Lausanne sont classées dans les rangs 101-150; les universités de la Suisse italienne et de Fribourg sont placées dans la fourchette 501-600.

Erasmus+ Quatre participations suisses

Les hautes écoles suisses peuvent pour la première fois participer à l’initiative «Universités européennes» d’Erasmus+. Quatre projets avec une participation suisse (des universités de Zurich, Lausanne, Genève et Bâle) ont été retenus dans le cadre de l’appel d’offres 2022. Au sein de ces alliances universitaires, les universités helvétiques peuvent renforcer et développer leurs relations avec les institutions partenaires européennes dans les domaines de la formation, de la recherche et de l’innovation.

Horizon Europe La commission veut de la transparence

La Commission de la science, de l'éducation et de la culture du Conseil national (CSEC-N) a déposé, par 17 voix contre 7, une motion visant à garantir la transparence concernant les fonds utilisés et non utilisés du crédit Horizon Europe. Un tableau de bord actualisé régulièrement doit tenir compte du changement de logique de financement dû à la non-association de la Suisse au programme de l’UE.

Point de vue

Vision à long terme du financement FRI

Eva Herzog
Conseillère aux Etats, membre du bureau du team politique FUTURE

La Suisse est exclue du programme-cadre de l’UE «Horizon Europe». Les mesures transitoires décidées et en partie mises en œuvre par le Conseil fédéral tentent d’en atténuer les effets. Ces mesures sont financées par le crédit d'engagement déjà alloué par le Parlement pour «Horizon Europe, mais les tranches annuelles représentent à peine la moitié des fonds budgétés. Outre la perte financière, la réputation des scientifiques et des PME suisses est affaiblie en raison de leur exclusion de la compétition internationale et l’attractivité de nos hautes écoles diminue insidieusement. Déjà, des chercheuses et des chercheurs envisagent de quitter la Suisse.

Que faire? Même si nous avons des soutiens au sein de l’UE, en particulier de l’Allemagne et de l’Autriche, les négocia-tions avec la Commission européenne sur les relations  bilatérales sont bloquées. Le Conseil fédéral est appelé à débloquer la situation avec des propositions constructives.

Le Parlement ne peut actuellement faire qu’une chose pour la place scientifique suisse: mettre suffisamment de moyens à disposition pour les mesures transitoires et complémen-taires. Nous devons aussi continuer de prévoir les contribu-tions obligatoires pour Horizon Europe dans le budget 2023 et dans la planification financière jusqu’en 2026 – même si les dépenses cumulées devaient dépasser le niveau du crédit d’engagement – et, si nécessaire, accepter d’augmenter notre crédit d’engagement.